Infos cédants

Le marché de la transmission d’entreprises
Le marché de la transmission d’entreprise est complètement atomisé : l’offre et la demande ont beaucoup de mal à se rapprocher car d’une part pour les cédants, la délivrance d’une information sur la vente de leur entreprise constitue un handicap certain du point de vue des clients, des salariés (crainte par rapport à l’avenir, le repreneur étant souvent une personne inconnue), des concurrents, des banquiers, des conseils de l’entreprise inquiets sur les modifications qu’elle pourra entraîner ou inquiets de devoir perdre le dossier au profit d’un confrère, etc… et d’autre part du point de vue des repreneurs, ils ne disposent pas d’informations sur les entreprises qui seraient à reprendre. En effet, il n’est possible aux repreneurs, sauf risques très importants de déstabilisation pour les cédants, de rencontrer la cible que sous engagement de confidentialité, véritable contrat protégeant le cédant de repreneurs indésirables. Ce marché est suffisamment vaste puisqu’il concerne chaque année la transmission d’environ 20 000 PME et PMI.

Les motifs de la transmission d’entreprises
- le renouvellement des chefs d’entreprise partant en retraite bien entendu,
- mais également, des motifs beaucoup plus fréquents auxquels on ne pense pas forcément : problèmes de santé du chef d’entreprise, décès du chef d’entreprise, cession en vue de réaliser une plus-value, dans le but tout simplement de changer de secteur d’activité, pour un groupe recentrage sur son métier de base, conjoncture économique difficile, insuffisance de capitaux pour poursuivre le développement que mérite l’entreprise, le chef d’entreprise s’aperçoit à l’âge de 50 ans que ses enfants s’orientent vers une autre carrière professionnelle et donc perd sa motivation à développer son entreprise, connaissance d’un acquéreur potentiel, entreprise en procédure de dépôt de bilan, etc….

La segmentation de la transmission d’entreprises
La transmission d’entreprise se segmente en trois pôles totalement différents en terme de technicité d’approche :
- la transmission des fonds de commerce : commerces et entreprises artisanales,
- la transmission des TPE / TPI
- la transmission des PME / PMI
D’ailleurs, la frontière est parfois assez réduite : le restaurant classique entre dans la première catégorie. En revanche, le restaurant où par exemple le chef d’entreprise est un manager sans connaissances du métier et ayant notamment un personnel nombreux sous ses ordres va entrer dans la troisième catégorie.
La segmentation peut aussi se décliner au niveau :
- de la taille de l’entreprise,
- du marché,
- de la typologie du repreneur,
- du type juridique de la reprise (majoritaire, minoritaire, progressive, avec ou sans accompagnement),
- de l’âge du dirigeant qui vend,
- du montage juridique du repreneur (création d’un holding),
- en difficulté ou in bonis.

La préparation de la transmission d'entreprises
La transmission d’une entreprise ne s’improvise pas. Les cédants doivent rendre l’entreprise cessible et envisager les conditions de pérennité de l’entreprise. Les chefs d’entreprise hésitent fréquemment à faire en sorte que leurs héritiers reprennent l’entreprise familiale du fait d’un environnement économique de plus en plus difficile, même si ce type de reprise peut s’avérer concluante si elle est organisée. Une vente trop tardive peut entraîner de graves difficultés pour l’entreprise.

Les contraintes de la transmission d’entreprises
La transmission d’entreprises met en jeu des contraintes d’ordre :
- financier sur le prix de vente de l’entreprise ou bien la perte des revenus du chef d’entreprise par la cession qui ne seront pas compensés par les droits à la retraite,
- fiscal (le coût fiscal dépend principalement de la forme juridique de l’entreprise, une modification du statut juridique de l’entreprise étant dans certains cas très judicieuse),
- juridique,
- social,
- patrimonial (le dirigeant est parfois réticent à séparer en deux structures juridiques l’activité proprement dite et l’immobilier),
- psychologique (le dirigeant a du mal à imaginer qu’il va passer la main),
- physiologique (le dirigeant approchant l’âge de la retraite laisse mourir l’entreprise du fait d’un peu de lassitude),
- culturel
- familiaux lorsque par exemple le chef d’entreprise habite une maison contiguë à l’entreprise, voire même l’entreprise se trouve dans sa maison.

L’obstacle le plus redoutable pour un cédant : trouver un repreneur
Préparer la transmission de son entreprise n’est certes pas chose aisée mais l’obstacle le plus redoutable consiste bien évidemment à trouver un repreneur. La transmission d’entreprise est un processus relativement long.

Mieux connaître les repreneurs
- près de la moitié des reprises sont réalisées par des repreneurs personnes physiques et qui sont extérieures à l’entreprise cédée,
- l’âge moyen du repreneur est dans près d’un cas sur deux compris entre 45 et 55 ans,
- dans près de huit cas sur dix, les repreneurs personnes physiques ont déjà occupé des postes de direction,
- plus des trois quarts des repreneurs n’ont pas d’expérience de la reprise d’une entreprise,
- l’apport personnel moyen est d’environ 150 K€ à 300 K€

TRANSMISSIO® vous aide à anticiper la transmission de votre entreprise
- organisation de l’entreprise en terme de management,
- rationalisation de la structure financière de l’entreprise pour faciliter la cession (apurement des comptes courants, distribution de dividendes),
- séparation des activités d’une entreprise, la spécialisation intéressant les entreprises qui se recentrent sur leur métier de base,
- transformer l’entreprise individuelle en société pour l’attrait fiscal et patrimonial,
- transformer la SARL en SA ou SAS pour diminuer les droits de mutation,
- simplifier l’organisation juridique car les repreneurs étrangers connaissent peu nos réglementations juridiques et fiscales,
- réduire le nombre des porteurs de parts ou d’actions pour combler une dilution du capital
Cas concrets : scission d’une entreprise ayant la même activité dans deux villes différentes (scission de type géographique) ou d’une entreprise ayant deux activités (scission de type économique) : ainsi, il est possible de transmettre l’entreprise à deux repreneurs distincts intéressés chacun, dans le premier cas par une ville spécifique et dans le deuxième cas par une clientèle spécifique.

Fort de notre connaissance approfondie des entreprises, nous mettons à votre disposition un accompagnement complet qui intègre dans son approche tous les acteurs (experts comptables, commissaires aux comptes, avocats ou notaires, repreneurs).
A chaque étape, nous vous conseillons dans la plus grande confidentialité, anticipons les solutions qui répondent le mieux à vos objectifs et vous permettront d’avoir ainsi une vision globale de toute l’opération.
Pour rechercher le montage le plus approprié, nous privilégions une approche réaliste, équilibrée et coordonnée de la transmission.
Ecoute, professionnalisme, maîtrise des techniques les plus pointues, autant d’atouts que nous à votre service.

Le cédant se confie à :
- CCI, services économiques de la région, les élus,
- syndicats professionnels,
- collègues chefs d’entreprise,
- expert-comptable,
- avocat,
- notaire,
- banquier,
- commissaire aux comptes,
- à tous ses conseils,
- à l’un de ses conseils,
- à quelques uns de ses conseils,
- à aucun de ses conseils,
- à TRANSMISSIO® dans tous les cas.